Principales différences entre un architecte et un maitre d’œuvre

Vous avez des projets de travaux à effectuer ? Atteindre vos objectifs va dépendre principalement du prestataire que vous allez choisir. En effet, il est nécessaire de choisir entre des métiers dont les contours ne sont pas faciles à maîtriser. Il est pourtant essentiel de savoir et ce de manière précise qui fait quoi pour un suivi efficace du chantier. De ce fait, un architecte et un maître d’œuvre ont tous les deux des rôles à jouer dans un chantier et il est nécessaire de pouvoir les distinguer.

Contrairement à la profession d’architecte, le métier de maître d’œuvre n’a pas à respecter une règlementation spécifique.  Le maître d’œuvre peut donc concevoir, étudier, suivre et coordonner les travaux.

L’architecte peut jouer le rôle de maître d’œuvre, mais ce n’est pas obligatoire. Il faut savoir toutefois que pour un projet de travaux portant la surface totale de l’habitation à plus de 150m², il est obligatoire de solliciter l’aide d’un architecte  s’il y a un dépôt de permis de construire.

Au niveau de la formation

Pour devenir maître d’œuvre, il n’y a aucun diplôme requis. En effet, ce n’est pas un métier au sens conventionnel du terme mais plutôt d’une fonction qui consiste à l’encadrement des travaux et de veiller à ce que le projet se déroule dans les délais et sous les meilleures conditions. De ce fait, la personne chargée à la fois de la réalisation des plans et du suivi du chantier joue à la fois le rôle de maître d’ouvrage et de maître d’œuvre.

Sinon, le métier d’architecte ne peut être accessible qu’aux titulaires d’un diplôme reconnu par l’Etat. Un architecte est donc un diplômé du Gouvernement, d’où l’acronyme DPLG qui lui est associé la plupart du temps. Un architecte doit s’inscrire à l’ordre des architectes.

Au niveau des services proposés

Quel que soit le projet de construction ou de rénovation, le maître d’œuvre et l’architecte ont des  rôles très importants et apportent une aide précieuse pendant toute la durée des travaux, depuis la conception jusqu’à la réalisation.

Que ce soit l’architecte ou le maître d’œuvre, ils sont tous les deux chargés de réaliser une conception personnalisée du projet. Mais l’architecte a l’avantage de pouvoir déployer plus de créativité et une valeur ajoutée conceptuelle sur les projets de travaux en cas de nécessité, comparé au maître d’œuvre. Il a en effet effectué plusieurs années d’études, ce qui lui a permis d’enrichir ses connaissances en architecture et en histoire de l’art.

Ces deux professionnels sont capables  de sélectionner les entreprises qui peuvent contribuer à la réalisation des travaux grâce à un important réseau d’artisans qualifiés qui collaborent avec eux sur régulièrement. Ceci est un avantage considérable puisque le chantier sera mieux coordonné et du moment que les différents prestataires ont l’habitude de travailler ensemble, ils peuvent donc s’organiser rapidement.

Mis à part cette sélection d’artisans et de professionnels du bâtiment, l’architecte et le maître d’œuvre se chargeront aussi de la mise en place du phasage des travaux, du suivi de A à Z et de la coordination des interventions de chaque entreprise.

Au niveau des obligations

L’architecte et le maître d’œuvre ont obligatoirement un devoir de conseil et ont pour rôle de renseigner le maître d’ouvrage au sujet des différents aspects du chantier, et surtout les contraintes techniques, les inconvénients et avantages présentés par les choix architecturaux, les matériaux utilisés… Tous les deux vont donc s’engager pour la bonne réalisation des travaux qui leur sont confiés.

Au niveau des prix

Généralement, la rémunération de l’architecte est calculée selon un taux sur le montant global des travaux, taux compris entre 8 et 12% et il n’existe donc aucune obligation sur l’ordre de grandeur, lequel est fixé à la libre appréciation de l’architecte. De ce fait, le montant exigé de l’architecte diffère d’un prestataire à l’autre, mais également selon le projet. En effet, plus le montant des travaux augmentent, plus ce pourcentage  ne va représenter une somme conséquente. Il appartient donc au maître d’ouvrage de négocier le niveau de ce taux. Il faut cependant préciser que plus un projet s’avère coûteux, plus la responsabilité de l’architecte est engagée, ce qui justifie  un certain taux.

Le maître d’œuvre est rémunéré comme l’architecte, c’est-à-dire en fonction des missions qui lui sont confiées, le taux peut aller de 3% (pour l’étude avant-projet) et 8% (pour le suivi des travaux).

Mais avant tout, il existe des forfaits pour la réalisation des plans, pour la conception des dossiers, des permis de construire, … Tout dépend du chantier et des besoins. Une fois que cette partie préliminaire au chantier est validée et signée, on en vient au pourcentage accordé pour le suivi de chantier.

Selon le type de contrat

Pour le maître d’œuvre

Les différences entre l’architecte et le maître d’œuvre se situent aussi au niveau du contrat des prestations. En effet, le contrat de maîtrise d’œuvre ne dépend pas des marchés de travaux passés avec les autres corps de métier dans la construction. Sauf en cas où le maître d’œuvre est un architecte, le contrat de maîtrise d’œuvre n’est soumis à aucune réglementation, voici donc l’étendue de la mission qui est confiée au prestataire :

  • Concevoir le projet (dessiner les plans) ;
  • Monter le dossier (permis de construire, dossiers administratifs, …) ;
  • Aider au choix des entreprises après une mise en concurrence ;
  • Rédiger des documents techniques ;
  • Coordonner les travaux ;
  • Assister à la réception ;

Etc.

De plus, il est conseillé de demander des attestations d’assurance au maître d’œuvre avant de procéder à la signature du contrat. Comme n’importe quel professionnel qui intervient dans la construction, le maître d’œuvre doit prouver une assurance pour les dommages éventuels qui mettent  en cause sa responsabilité ou les perturbations qui en résultent après la réception des travaux. Il est nécessaire de demander les attestations correspondantes avant l’ouverture du chantier et s’assurer qu’elles soient valides pendant toute leur durée.

Pour l’architecte

Pour engager un architecte, il n’y a pas de contrat-type imposé par la loi. Mais l’Ordre des architectes propose deux modèles de contrat dont un contrat type pour les études préliminaires, destiné à  la vérification de la faisabilité technique et financière du projet et un contrat complet à savoir un cahier des clauses générales et d’un cahier des clauses particulières.

Les deux parties (le prestataire et le client) vont donc discuter librement du contrat, la seule condition étant qu’il comporte les clauses suivantes :

  • Les parties contractantes
  • La désignation de l’opération et la description du programme
  • Le budget
  • La mission de l’architecte et sa rémunération
  • Les assurances et les dispositions particulières.

Pour en savoir plus, contactez-nous !